Note :: vous lisez ce message car votre navigateur ne supporte pas les standards du Web. Nous vous suggérons de mettre à jour votre navigateur.

10/2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
           
24
         
02 mars 2010 - 25 avril 2010

CHRISTIAN ROLET, LAUREAT DU PRIX GASTON BERTRAND

Plasticien, professeur de recherches picturales et tridimensionnelles à l'Académie des Beaux-Arts de Tournai, Christian Rolet (1945) a étudié à l’Ecole Supérieure Saint-Luc de Bruxelles, dans l’atelier de Jean Guiraud, Gaston Bertrand et Camille De Taeye.

Dès ses premières oeuvres, l’univers matériel et figuratif de Christian Rolet révèle une étonnante originalité plastique. Des corps féminins aux métamorphoses anatomiques évoquant des enveloppes charnelles en osmose avec l’environnement, réalisés durant les années 60-70, aux corps devenus silhouettes et aux objets dématéralisés d’aujourd’hui, le travail de Rolet ne cesse de questionner et d’approfondir l’ambiguïté liée à la représentation non narrative des choses et à leur évocation en termes purement picturaux.

S’appuyant sur de savantes investigations techniques, les figures et les objets apparaissent aujourd’hui vaporeux. L’œuvre est teintée d’une dimension abstraite, où s’associent d’envoûtants rouges de lumière, des bleus profonds et des gris aux froideurs délavées. La manière dont Rolet mêle aux pigments diverses matières (cire, sable, poudre de verre, talc), véritable alchimie, confère à ses peintures d’étonnants aspects irisés, veloutés ou rugueux.

L’exposition offre au regard des visiteurs deux périodes en confrontation : les petits formats de l’atelier de Gaston Bertrand et les grands formats actuels.

Créée en 1986, la Fondation Gaston Bertrand a pour but d’assurer la promotion et la notoriété de l’œuvre de Gaston Bertrand (1910-1994). Selon le souhait de l’artiste, la Fondation a élargi ses activités en créant un Prix, présidé par le Baron Roberts-Jones. Elle est est heureuse de primer aujourd’hui Christian Rolet, artiste à la liberté d’invention formelle en constante réflexion, ainsi que le désirait Gaston Bertrand, qui tenait à récompenser « un peintre belge de 45 ans au moins ayant sa propre démarche pour rendre visible son monde intérieur ».